If you could travel in time as a feminist, when would you go to? (with French translation)

Never forget that a political, economical or religious crisis is enough to cast doubt on women’s rights. These rights will never be vested. You have to stay vigilant your whole life. Simone de Beauvoir

As I told you in my very first blogpost about time travel, some weeks ago I read an article about this subject on SheKnows and it inspired me to create a “7 time travels” challenge. Moreover, as you may or may not know, I tend to admire Mayim Bialik and follow her thoughts and opinions daily, mostly because she tries to generate debates and discussions about simple and tough topics and arouse your curiosity. But I am sure you don’t see the connection between Mayim Bialik and time travel, right? In fact, she participated to SheKnows’s article and answered this question:

As you are a raging feminist…                                                                                  if you could travel in time,                                                                                  when would you go to?

APTR_hfkgy

“If I could travel in time, I would enter the era of the first wave of feminism. I would march for the right of women to vote, and I would try to take it innumerable feminist steps further. I would argue that we shouldn’t wear dumb, restrictive dresses. I would let all the ladies know that a huge part of women’s rights is also rejecting the patriarchy and the system of early marriage to men you don’t love because you are supposed to. Along these lines, I would start a book club and make all the ladies read Kate Chopin’s novel The Awakening, about a woman in love with a man she can’t be with who kills herself, published in 1899. Also, I’d throw in “A Doll’s House” by Ibsen for good measure. I would have us talk about the meaning of our lives as women and what it could mean for us to break free of those expectations established by ‘the man.’ I would also go ahead and have a big-girl conversation about homosexuality and about how some women don’t even want to be with men at all and that’s OK too. That might shake things up a bit, but this is my feminist fantasy, so it can be whatever I want it to be. So. To conclude: Turn of the last century. Women’s suffrage. Book club. Lesbian liberation. Done. Return home, and marvel at how far we’ve come. And how far we still have to go. Because the dresses we women are still encouraged to wear are just absurd. And the heels. And the Spanx. With the fake hair and the fake lashes and the plastic surgery for all… Miles to go before we sleep, ladies. Miles to go before we sleep.”

Nine other women participated to that article and you might be wondering why I only concentrate on Mayim’s answer — fyi no, it is not only because she inspires me. In fact, I was very perturbed by the words I read from all these feminists… Most of them decided to travel to the future. Maybe it doesn’t sound silly to you but to me, it is very disturbing. They gave good reasons and I can’t deny they are right, as when they say they don’t want to go back in an even more patriarchal time as feminists. But to me, their answers sound selfish, as if they were escaping from reality without trying to make a change whereas they are raging feminists, as if they were only thinking of their own comfort. You know I like metaphors, and today the perfect one is having a lifeboat and keeping it for yourself while the boat is sinking. It is definitely how I felt when I read some of the answers. It is easy to go to the future and live in a more equal society — I hope — without lifting the little finger to obtain changes earlier. So yes, Mayim’s words got me. I couldn’t help thinking of my own opinion about feminism, equality, women. I couldn’t help realizing how similar our thougths are. I am an idealist, I think everything is possible and sometimes it makes me grow apart from reality but I love the power it gives to me. It gives me strength to think I can achieve my goals thanks to my will. I feel like I can move mountains.

For my part, I choose to travel back to the 60’s-70’s in France, definitely. I would have loved to participate to the birth of feminism and MLF (Mouvement de Libération des Femmes, Movement of Women’s Liberation). If I could go there today, I would tell them about the path men and women from all over the world wandered for 50 or 60 years to defense and praise equality between men and women to the skies. I would kiss Simone Veil (former Minister of Health, defensor of the abortion, and survivor from the Shoah, mentioned in passing) and Simone de Beauvoir (writer, feminist, intellectual, activist).

« I believe he didn’t know my story, but the only fact to dare make a reference to the extermination of Jews regarding the abortion was scandalous. More, there was so much hypocrisy in that auditorium mainly fulled of men among which some were looking discreetly for addresses to make their mistresses or someone from their family abort! »                                                                                                               – Les Hommes aussi s’en souviennent, Simone Veil

IMG_9065

I would applaud those 343 women who signed and published publicly the Manifesto of the 343 in 1971, exposing themselves to penal proceedings.

One million women in France have an abortion every year.
Condemned to secrecy, they have them in dangerous conditions when this procedure, performed under medical supervision, is one of the simplest.
These women are veiled in silence.
I declare that I am one of them. I have had an abortion.
Just as we demand free access to birth control, we demand the freedom to have an abortion.

Finally, I would participate, strongly and with conviction, to the most meaningful event, the one that touched me deeply because it concerned all women of the world, not only the Frenchwomen, and it happened to support the american movement, Women’s Lib. The 29th of August, 1970, the MLF put a spray of flowers next to the unknown soldier lying under the Arc of Triumph. At that moment, we could read on banners:

« There is someone more unknown than the soldier: his wife »

naissance-du-mouvement-de-liberation-des-femmes-mlf-mlf-soldtat-inconnu-1970-08-

But if I could go back to that period only once, only for one day, I would say to these women and these men not to surrender and I would tell them about our progresses so that, maybe, they may set them up earlier and keep hope. I would speak about the pill, the abortion, contraceptives and their tastes, each one crazier than the last. I would evoke the access to education and the support girls receive to pursue their studies — even if we all know there are a lot of persistent inequalities. I would make them laugh by telling them about the impact of 50 Shades of Grey whereas in France we have Le Marquis de Sade since 1740. I would show them a man can bake and a woman can run a company. I would show them a man can express his feelings without being effeminate and a woman can be ambitious without appearing vulgar. I would prove them that a total of small actions leads to big changes.

If I could go there, only for one hour, only once, I would inspire the hope of an equality too often asked and a mutual respect in consolidation.

Marion


N’oubliez jamais qu’il suffira d’une crise politique, Économique ou religieuse pour que les droits des femmes soient remis en question. ces droits ne sont jamais acquis. Vous devrez rester vigilantes votre vie durant. Simone de Beauvoir

Comme je te l’ai dit dans mon tout premier blogpost sur le voyage dans le temps, il y a quelques semaines j’ai lu un article sur ce sujet chez SheKnows et ça m’a donné l’idée de créer un challenge que j’appellerais “7 voyages dans le temps”. De plus, tu le sais peut-être, j’admire assez Mayim Bialik et je suis ses pensées et ses opinions à peu près tous les jours, principalement parce qu’elle génère des débats et des discussions sur des sujets à la fois simples et complexes et qu’elle éveille ma curiosité. Mais je suis sûre que tu ne vois pas le lien entre Mayim Bialik et le voyage dans le temps, pas vrai ? En fait, elle a participé à l’article de SheKnows et a répondu à cette question :

En tant que féministe engagée…                                                             si vous pouviez voyager dans le temps,                                                                                        où iriez-vous ?

APTR_hfkgy

“Si je pouvais voyager dans le temps, je ferais mes débuts parmi la première vague du féminisme. Je marcherais pour le droit de vote des femmes et j’essaierais de pousser les innombrables étapes féministes encore plus loin. Je me battrais pour que nous n’ayions pas à porter de robes stupides et restrictives. Je dirais à toutes ces femmes que leurs droits reposent en grande partie dans le rejet du patriarcat et des mariages arrangés avec des hommes que nous n’aimons pas. En plus de tout cela, j’organiserais un cercle de lecture et je leur ferais lire The Awakening de Kate Chopin, ce livre de 1899 sur l’amour qu’une femme éprouve envers un homme qu’elle ne peut pas aimer et la pousse au suicide. J’évoquerais aussi Une maison de poupée d’Ibsen, juste pour la forme. Je parlerais bien évidemment du sens de nos vies en tant que femmes et ce que signifierait pour nous de nous libérer des attentes masculines. Je prendrais les devants, parlerais de l’homosexualité, préciserais que c’est tout à fait acceptable de ne pas vouloir d’hommes dans sans vie, tout le temps ou seulement parfois. Je pense que ça ferait bouger les choses, mais c’est mon rêve de féministe, alors ça peut devenir tout ce que je veux. Donc. Pour conclure : Retourner au siècle dernier. Le droit de vote des femmes. Un cercle de lecture. La libération lesbienne. Et quand tout ça, c’est fait, retourner à la maison et s’émerveiller sur tout ce qui aura été accompli. Et sur tout ce qu’on a encore à faire. Parce que les robes qu’on nous pousse à porter sont toujours absurdes. Et les talons. Et la gaine. Avec les extensions et les faux cils et la chirurgie esthétique pour tout le monde… Des kilomètres avant que nous poussions nous reposer, très chères. Des kilomètres avant que nous poussions nous reposer.” (ça m’a pris des heures pour traduire ça correctement, ugh)

Neuf autres femmes ont participé à cet article et tu te demandes sûrement pourquoi je suis restée concentrée sur la réponse de Mayim — pour ton information no, ce n’est pas seulement parce qu’elle m’inspire. En fait, j’ai été assez troublée par les mots écrits par toutes ces féministes… La plupart ont choisi de voyager vers le futur. Peut-être que ça ne semble pas fou pour toi, mais pour moi c’est très perturbant. Elles expliquent très bien leur choix et je ne peux pas dire qu’elles ont tord, surtout quand elles disent qu’elles ne veulent pas retourner dans une époque encore plus patriarcale que celle actuelle. Mais pour moi, leurs réponses semblent assez égoïstes, comme si elles voulaient s’échapper de la réalité sans essayer de changer les choses alors qu’elles sont engagées, comme si elles ne pensaient qu’à leur propre confort. Tu sais maintenant quand j’aime les métaphores et aujourd’hui, avoir un canot de sauvetage et le garder pour soi pendant que le bateau coule est celle qui convient le mieux. C’est vraiment ce que j’ai ressenti quand j’ai lu certaines des réponses. C’est facile d’aller dans le futur et de vivre dans une société plus égalitaire — je l’espère — sans lever le petit doigt pour provoquer le changement. Donc oui, les mots de Mayim m’ont touchée. Je ne pouvais m’empêcher de penser à ma propre vision du féminisme, de l’égalité, des femmes. Je ne pouvais m’empêcher de réaliser à quel point nos pensées sont similaires. Je suis une idéaliste, je pense que tout est possible et parfois, ça m’éloigne de la réalité, mais j’adore le pouvoir que j’ai entre les mains. Ça me donne de la force de penser que je peux atteindre mes objectifs grâce à mon unique volonté. Je sens que je peux déplacer des montagnes.

De mon côté, je choisis de voyager dans les années 60-70 en France. J’aurais adoré participer à la naissance du féminisme et du MLF (Mouvement de Libération des Femmes). Si je pouvais y aller aujourd’hui, je leur raconterais tout le chemin que des hommes et des femmes du monde entier ont parcouru ces 50 ou 60 dernières années pour défendre et porter aux nues l’égalité des sexes. J’embrasserais Simone Veil (ancienne ministre de la santé, pro-avortement, et survivante de la Shoah, soit dit en passant) et Simone de Beauvoir (écrivaine, féministe, intellectuelle, activiste).

« Je crois qu’il ne connaissait pas mon histoire, mais le seul fait d’oser faire référence à l’extermination des Juifs à propos de l’IVG était scandaleux. Et puis, il y avait tant d’hypocrisie dans cet hémicycle rempli essentiellement d’hommes, dont certains cherchaient en sous-main des adresses pour faire avorter leur maîtresse ou quelqu’un de leurs proches. »                                                                                        – Les Hommes aussi s’en souviennent, Simone Veil

IMG_9065

J’applaudirais ces 343 femmes qui signèrent et publièrent publiquement le Manifeste des 343 en 1941, s’exposant à des poursuites pénales.

Un million de femmes se font avorter chaque année en France. Elles le font dans des conditions dangereuses en raison de la clandestinité à laquelle elles sont condamnées, alors que cette opération, pratiquée sous contrôle médical, est des plus simples. On fait le silence sur ces millions de femmes. Je déclare que je suis l’une d’elles. Je déclare avoir avorté. De même que nous réclamons le libre accès aux moyens anticonceptionnels, nous réclamons l’avortement libre.

Enfin, je participerais avec force et conviction à l’événement qui m’a le plus touchée parce qu’il concerne toutes les femmes du monde, pas seulement les Françaises, et qu’il forme une réponse au mouvement américain, Women’s Lib. Le 29 août 1970, le MLF déposa une gerbe de fleurs à côté du soldat inconnu reposant sous l’Arc de Triomphe. A ce moment-là, on pouvait lire sur des banderoles :

« Il y a plus inconnu que le soldat inconnu, sa femme. »

naissance-du-mouvement-de-liberation-des-femmes-mlf-mlf-soldtat-inconnu-1970-08-

Mais si je pouvais à cette personne une seule fois, pour un seul jour, je dirais à toutes ces femmes et tous ces hommes de ne pas abandonner et je leur raconterais les progrès que nous avons fait pour que, peut-être, ils les mettent en place plus tôt et gardent espoir. Je parlerais de la pilule, de l’avortement, des moyens de contraceptions et de leurs goûts tous plus fous les uns que les autres. J’évoquerais l’accès à l’éducation et le soutien que reçoivent les filles pour poursuivre leurs études — même si on sait tous que de grandes inégalités persistent. Je les ferais rire en leur parlant de l’impact de 50 Nuances de Grey alors qu’ils connaissent Le Marquis de Sade depuis 1740. Je leur montrerais qu’un homme peut cuisiner et qu’une femme peut diriger une entreprise. Je leur montrerais qu’un homme peut exprimer ses sentiments sans être efféminé et qu’une femme peut être ambitieuse sans paraître vulgaire. Je leur prouverais que la somme de petites actions mène à de grands changements.

Si je pouvais y retourner, même pour une heure, une seule fois, j’inspirerais l’espoir d’une égalité trop souvent demandée et d’un respect mutuel en consolidation.

Marion

Advertisements

What do you think ?

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s